suivez moi

présentation

dimanche 30 juin 2019

Bye bye horrible








Merci  Éliane, pour ce superbe  dessin
(clic)
























Tout le monde n’a pas la vie de James Bond ! Je ne crois pas que lui-même se plairait dans la vie de monsieur tout le monde… ? Pourtant, l’espace de quelques jours, j’ai dû endosser son costume ; un peu trop grand pour moi. J’ai dû l’ajuster. Jouer à l’agent 007 n’est pas chose aisée, surtout sans Aston-Martin, ni les précieux gadgets de Q… La mission commençait très mal, aussi ; pas l’ombre d’une James Bond girl à l’horizon. J’aurais aimé Carole Bouquet ou Sophie Marceau, en belles intrigantes ; je ne suis pas difficile. Il n’en fut rien. Mon intrigante à moi, était du genre pat Hibulaire, mais presque, un genre masculin pluriel. Ses dessous n’avaient rien d’affriolant et je n’avais aucune envie de les découvrir. Je les devinais malgré moi, c’était effrayant…
Depuis quelques jours, mon instinct de renifleur d’entourloupe était en état d’alerte. J’avais décelé, chez un proche, un stress, lié à une menace. Le Hasard, qui n’en est pas un, allié à la chance, a été de la partie. C’est vrai, quoi ! James Bond a toujours beaucoup de chance… ! 

« Au cinéma y a James Bond, Il n’a pas peur des brunes et des blondes, il pète la gueule à tout le monde »

 Un proche, donc, avait mordu à un hameçon en ligne ; pourtant fait de grossier fil de fer, barbelé. Un étau aux mâchoires d’acier se resserrait sur lui et l’aurait broyé sans peine. Le préjudice est conséquent, mais il n’est rien en comparaison de ce que les escrocs étaient sur le point de réussir.  Comme chacun sait, James Bond est tenu au secret… Dans ce méli-mélo, dramatique, une intuition est venue éclairer mon esprit en ébullition et a inondé mon corps d’un flot continu d’adrénaline. J’avais  réussi à modifier le code de mise à feu de la bombe qui n’aurait pas manqué d’exploser ; nous dispersant, par son souffle, façon puzzle…
La vie trépidante du célèbre agent secret m’a épuisé et je n’ai même pas de champagne à sabrer.




* Paroles d'Alain Souchon : l'horrible bye-bye

samedi 15 juin 2019

Soldes


Tout doit disparaitre...

L’on vit une drôle d’époque, quand même ! Lucky Luke ne fume plus, non pas qu’il ait arrêté, non ! On a remplacé son authentique cigarette par un brin d’herbe. 
Pas sûr qu’il ait gagné au change ! Si ça se trouve, elle est transgénique et glyphosatée. Le commissaire Maigret a cassé sa pipe, enfin, Jean Richard, tout du moins ; dans ma mémoire, c’est encore lui qui l’incarne. 
Que serait le personnage de Michel Piccoli dans les choses de la vie, sans ces cigarettes, hein ?
On  « revisite » l’histoire, certains la nient, d’autres la modifient, la lissent. C’est en visitant ce musée (ici) l’été dernier en compagnie de mon fils de quinze ans, que je me suis aperçu de la forfaiture… 
Si la guerre y est bien décrite, l’occupation allemande, sous forme de bande dessinée, (façon tintin), la résistance, etc… j’ai été fort étonné de ne plus pouvoir lire les authentiques et nombreuses lettres de dénonciations… 
Pour les avoir lus, librement, trente ans plus tôt ! pfffft, passée sous silence, disparus, n’ayant jamais existées…
Je voulais que mon fils les voie, les lise, tout simplement. Pour en mesurer l’horreur et la bassesse. Ces lettres m’avaient marqué. Qui pour une jalousie, une parcelle de terre convoitée, un voisin indésirable, un amant susceptible, tous les prétextes étaient  « valables », avec les conséquences que l’on connait. 
Lissage de l’histoire… Je comprenais alors mon père, qui véhiculait son frère, réfractaire au sto, caché dans une charrette d’herbes, pour éviter de tenter le diable…
Annihilation de la mémoire, une façon de manipuler les peuples. 
Faire croire que tout était noir ou blanc, d’un côté les bons, de l’autre les méchants, fermer les yeux sur les brutes et les truands...
 
Un système binaire, la base de l’informatique ; attention aux bugs…