suivez moi

présentation

samedi 20 avril 2019

Méga rêve !



 











Ne vous est-il jamais arrivé de faire un rêve si fort qu’au réveil, on doute de son irréalité ?  Avec cette question qui revient : j’ai rêvé, ou quoi …? 
C’est assez troublant, quand le rêve se confond avec la réalité...
Bien sûr, à l’adolescence, cela arrive souvent ; quand les hormones entrent en action, que les draps s’en souviennent… On se rend compte que le rêve et la réalité sont intimement liés.
Mon rêve avait pour décor une forêt. Pas celle nécessaire à la construction de feue la charpente de la célèbre cathédrale, partie en fumée. Non plus une forêt lointaine où l’on entendît le hibou répondre au coucou, du haut de son grand chêne. 
Une forêt toute proche, la plus belle chênaie d’Europe. 
Je ne faisais pas d’accrobranche, pourtant, je flottais à deux mètres au-dessus du sol, porté dans une chimère au parfum d’interdit… 
Une escapade hors du temps, où je n’étais plus tout à fait moi-même et pourtant pleinement moi. C’était fantastique, comme le sont les forêts, dans les contes de Perrault. Quasi-mystique, comme les légendes. Un endroit où vivent les fées, les sorcières,  les belles aux bois, les schtroumpfs. Ces fameux petits personnages qui rient tout le temps ; chatouillés qu’ils sont par les herbes hautes, à un endroit que je ne nommerai pas.
Mon rêve flou baignait dans cette atmosphère étrange que l’on retrouve dans le célèbre roman d’Alain Fournier.  Cette même sensation où, plus on se rapproche de quelque chose et plus on s’en éloigne inexorablement... C’est dans cet état, proche de l’Ohio que je suivais sans y croire le fil de mon histoire. J’étais tombé sous un charme, dans une forêt de chaînes…
La nuit pâlissait déjà, que mon rêve s’étiolait à mesure que je me réveillais.

Ce n’est qu’en découvrant dans ma boite aux lettres un poème à l’encre bleu même pas délavée que je sus que mon rêve était réalité, lié à jamais.





12 commentaires:

  1. Aaaaaaah! C'était la forêt de Perrière-les-chênes à mon avis... peut-être que ton poème à l'encre bleue dessinait la carte pour s'y rendre....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connaissais pas ce mystère-là... ! En l’occurrence, ce poème dessinait plutôt la clef pour en sortir ;)

      Supprimer
  2. "dans une forêt de chaînes"... C'est parce que
    tu as rêvé que tu étais dans la neige et que tu n'arrivais pas à mettre les
    chaînes aux roues... ou bien que tu étais en prison avec Carlos Ghosn... ou
    bien c'est juste une faute d'orthographe......

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aucune des trois propositions ! C'est juste que je me sentais "enchainé" au sens de pris à un "drôle" de piège...

      Supprimer
  3. J'aime beaucoup la chanson de Lynda Lemay.
    J'ai beaucoup aimé aussi la chanson d'Il était une fois « j'ai encore rêvé d'elle »
    Jusqu'à la version des frères Taloche qui est tellement génialement drôle...
    Moi, je dis que ce que tu as vécu n'était pas un rêve. Mais une belle rencontre comme tu nous en as déjà contées...
    Elle ressemblait à Lynda ? ;-)
    En tout cas c'est joliment écrit.
    •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci mon amie !
      En fait, j'ai vécu une sorte de rêve éveillé et sans rien "prendre" d'illicite... Uniquement un cocktail d'amphétamines Naturelles.
      Je me rends compte maintenant qu'il y a des textes/billets que j'avais envie d'écrire depuis très longtemps... Il y en aura sûrement d'autres.

      Supprimer
  4. Bref, un rêve éveillé ?
    J'adore ce genre de rêve. :-)
    Bonne soirée, Xoulec, et beau rêve. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Les rêves éveillés sont les plus beaux, ils laissent une empreinte indélébile.

      Supprimer
  5. Quelle est la limite entre le rêve éveillé et le fantasme.?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Y a-t-il seulement une limite bien définie ?
      Les deux sont parfois distincts et parfois mêlés comme des entrelacs, liés à jamais. Le fantasme a un rapport avec l'imaginaire, assez impalpable, tandis que le rêve éveillé est plus près d'une réalité, toute subjective, sublimé, à laquelle on a du mal à croire. D'où cette impression de ne pas être soi-même tout en l'étant.
      Je suis peut-être un peu confus, ou je me trompe complétement et le rêve éveillé n'est que la réalisation d'un fantasme tellement secret qu'il nous échappe.
      Ta question m'en a fait poser beaucoup, de questions, justement... !

      Supprimer
  6. parfois j'arrive à réveiller tout debout !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, moi aussi ; quand on me raconte des histoires à dormir debout ! :)

      Supprimer