suivez moi

présentation

samedi 9 février 2019

Xoulec Pivot









 





 Je ne suis pas critique littéraire, il eut fallu pour cela que je lusse davantage, les romans policiers sont mes lectures préférées, une sorte de fil conducteur. 
De temps à autre, je diversifie un peu les thèmes, toujours avec plaisir. 
Dans le choix d’un livre, c’est d’abord le titre qui doit me parler, ensuite la couverture doit m’ « accrocher » et enfin le bref résumé ou la biographie de l’auteur(e), en quatrième de couverture. Il en est que je prends les yeux fermés, d’autres que l’on me conseille : « Tu devrais lire celui-ci, je suis sûr(e) qu’il te plairait », et de répondre assez souvent : « Mais, je l’ai déjà lu ! ». 
J’alterne mes lectures, des thèmes « sérieux » et des thèmes plus légers, le temps de digérer les premiers… Les Tintin, Astérix, gendarmes, Léonard et autres, ne me font pas peur, je plaisante... 
N’empêche, s’il m’en tombe un entre les mains, et ben, je le lis. J’alterne, donc !
Ainsi, un petit livre d’un auteur régional, m’a complétement ému, à la fin, au point de me soutirer une larmichette*. 

Bon sang, je suis un homme et un homme ne pleure pas ! 
Eh bien, si… ça pleure, même des deux yeux*. 
Je ne sais pas si c’est parce que ce livre conte une histoire très émouvante, ou parce que l’action se passe chez moi, dans le Cantal, que les lieux me sont familiers, ou simplement les trois ?  
J’ai adoré ce livre, plaidoyer contre l’absurdité de la guerre.
Les ruches étaient en deuil, de Bernard Soulier.


 
*, Clin d’œil à Célestine...

 
*, expression empruntée à Den




21 commentaires:

  1. Un homme ça pleure, oh oui, ça fait briller ses yeux, ça jaillit comme une fontaine et pas que pour le plaisir des sens...
    Chouette clin d'oeil, et la chanson de Renaud, du temps où il embrassait pas les flics...
    Un militant du parti des oiseaux, de la terre et de l'eau, ça me botte (de radis) !
    14 août 1914. Jean-Pierre Vidal, mobilisé au début du mois, meurt sur le front, au champ d’honneur. Sa femme Amélie, enceinte de six mois, doit alors s’occuper seule de la ferme de la Boriette en Margeride ainsi que de ses deux enfants, maintenant sans père.
    C’est alors que se présente Frédéric, un ouvrier de ferme avec un drôle d’accent… Mais qui est-il donc et que fait-il ici ?

    ça donne envie ce résumé...et je comprends que tu aies aimé le livre.
    Les abeilles sont l'avenir de l'homme, ne l'oublions pas. N'en déplaise à Monsanto.
    Bisous de la nuit nuit nuit...
     •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça pleure aussi un homme, tu as raison... ;) Les larmichettes sont à classer dans une autre catégorie.
      Le temps où Renaud n'embrassait pas les flics, était un temps hexagonal... ;) Les ravages de d'alcool sont dévastateurs...
      Bises du soir soir soir ;)

      Supprimer
    2. Ah hexagone quelle belle chanson...du temps où on croyait encore a des lendemains qui chantent ...
      Mince je parle comme une vieille nostalgique !
      Bon allez on y croit à ces lendemains qui chantent !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    3. Le fossé qui sépare "hexagone" de "j'ai embrassé un flic" est immense. Bien sûr, c'était sur le fond des attentats que l'on sait, mais j'ai eu beaucoup de mal à reconnaître le "Renaud" que j'aimais. J'ai lu son livre "Comme un enfant perdu" , le titre en est le résumé... Allez, je suis avec toi, on y croit :)

      Supprimer
  2. C'est un livre que je vais aimer, j'en suis certaine. Alors merci pour cette présentation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonsoir délia,
      ça se lit tout seul, difficile de décrocher avant la fin. idéal, pour faire une transition.

      Supprimer
  3. Je note ce titre pour mes prochaines lectures.
    Moi, je lis des romans, des livre de développement personnel, de psychologie, des livres sur les arbres, les oiseaux, etc. Soit on me les a conseillés, soit je les ai pris un peu au hasard, le titre, la couverture, le résumé. Je suis parfois déçue, mais j'ai parfois de belles surprises.
    Ah la lecture ! les livres ! j'adore ! :-)
    Un très beau week-end à toi, Xoulec.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Françoise, week-end laborieux...
      J'aurais beaucoup de mal à me passer des romans policiers. Un livre sur les arbres ? Tu as probablement lu celui de Peter Wohlleben : la vie secrète des arbres ?
      Je ne l'ai pas encore terminé, j'y vais par petites doses, en intermède. la vie des arbres est fascinante.
      Je peux passer un temps fou pour choisir un livre et souvent, je me demande si je vais trouver le suivant à la hauteur du précédent.
      Bonne semaine

      Supprimer
    2. Oui, Xoulec, j'ai lu "La vie secrète des arbres". Je pense que c'est un livre qu'il faudrait lire plusieurs fois, tellement il y a des choses à apprendre. Tout comme les oiseaux, j'aime beaucoup les arbres, leur histoire ; les arbres, ces géants tellement vivants.
      Les romans policiers, j'en ai lus beaucoup à une époque. Et puis, je n'ai plus du tout eu envie d'en lire, je ne sais pas pourquoi.
      Bonne semaine à toi aussi, Xoulec.

      Supprimer
    3. C'est la version illustrée que j'ai, les photos y sont magnifiques. Tu as raison, c'est un livre qu'il faut lire en plusieurs fois, pour l'apprécier.

      Supprimer
  4. Je n'aime pas particulièrement les hommes qui pleurent, mais bien ceux qui ont des larmichettes d'émotion, de tripes remuées, ou les vrais sanglots lorsque la vie apporte une injustice de plus. Donc ici, je te suis, et je me sens à l'aise :)... Et puis pourquoi pas? Pourquoi pas ce livre, pourquoi pas cet auteur, puisqu'il a mis tant de vrai que, nous le savons à présent, tu as un peu pleuré des deux yeux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me méfie beaucoup des grosses larmes masculines... Je ne peux m’empêcher de penser à celles des crocodiles...
      La fin du livre m'a beaucoup ému ; c'était beau...
      J'aime beaucoup cette expression empruntée à Den. Dans mon cas, ce n'était que l'émotion qui débordait.

      Supprimer
  5. Dites-moi Môsieur,pensez vous qu'un homme pourrait perdre sa virilité en laissant échapper une perle d'émotion ? Ha oui, savoir rester digne et pudique pour ne pas être "taxé" d'être une femmelette

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben ! Je n'ai rien perdu... Je ne dois pas être le seul, dans mon cas...
      Mais bon, un homme, c'est pudique. Ça ne veux pas montrer que c'est sensible, cette bête-là ! :) Le risque est grand, passer pour une femmelette, ou pire, pour une homme-lette...! Parfois, ils s'en sortent par une pirouette(cacahuète), une blague, un trait d'humour, ou comme ils peuvent...
      Si être une femme dans un monde d'homme n'est pas facile, être un homme un peu trop sensible n'est pas tout aussi facile... Ne pas montrer ses "failles", des fois que les "autres" s'en servent à mauvais escient.
      Mais, je ne vais pas me plaindre, je suis né masculin.

      Supprimer
  6. Un homme qui pleure reste un homme! Je note cette référence. Belle soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement... Il faut bien faire fonctionner nos glandes lacrymales ! Et cela, sans en faire une jaunisse céhairèssisée... ;)
      Supprimer

      Supprimer
  7. Je lis aussi beaucoup de romans policiers, alternés avec des romans autres. Je trouve qu'ils sont souvent très riches, une vision du monde, et pas seulement une énigme... Et puis après, ou avant, je vais photographier les auteurs aux Quais du Polar... :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis complétement ignare ! Je ne savais pas qu'il y avait un festival du polar à Lyon ! Actuellement, je lis un auteur qui me scotche : Bernard Minier. L'écriture est belle, l'intrigue, sacrément bien ficelé. Après le dernier, je me demande bien ce que je vais me mettre sous la dent ? Je les ai tous lus !
      je ne me fait pas de soucis, je vais en découvrir un autre ;)

      Supprimer
  8. Moi j'aime bien les hommes qui pleurent ; j'aime bien les gens qui lisent. Ils parlent souvent d'autre chose que de la météo ou du feuilleton médiocre vu la veille à la télé.
    Moi je lis environ quatre livres simultanément (deux à la Rochelle/deux à saintes) et entre temps je dessine, je rigole, je crée, je me balade, je photographie, je cuisine.
    Sinon je dors.

    Cordialement,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là, je suis épaté ! Je ne sais lire qu'un livre à la fois. Du coup, je l’emmène partout où je vais. Je vois que l'emploi du temps est sacrément bien rempli, quand tu ne dors pas.

      Supprimer