suivez moi

présentation

vendredi 29 novembre 2019

Elle





Elle n’était pas maquillée comme une star de ciné. Elle n’avait pas non plus les yeux couleur menthe à l’eau, pas plus que revolver. Non, elle n’avait pas le regard qui tue, rien de tout cela. 
Elle avait simplement de la classe, ou du moins, elle correspondait à l’idée que je m’en faisais. Lorsque je me rendais dans ce temple de la consommation et de déshumanisation de ses employés, un rapide coup d’œil décidait de mon passage en caisse. Elle m’intimidait un peu, et, paradoxalement, je la privilégiais. 
Je ne sais pas me contenter du traditionnel et automatique « bonjour, merci, au revoir ». J’agrémente souvent mon passage d’un petit plus ; une parole gentille, un truc pour briser la glace, histoire de ne pas rester silencieux. 
Je dois avouer que cela m’est plus facile depuis que j’ai atteint un âge, dit de la sagesse. Un jour, au risque de passer pour un dragueur de supermarché, je me suis risqué à un « je vous trouve très belle ». Ce à quoi elle répondit « merci, mais je suis mariée ». 
Mince ! Le mariage nuirait-il à la beauté, m’interrogeais-je ? 
Un peu pris au dépourvu, sans bise venue, je rétorquais naturellement que ce n’était pas si grave, qu’elle était belle quand même. 
Je suis probablement passé pour un chercheur d’aventure, mais il me sembla bien avoir vu son visage s’illuminer. 
Brillante démonstration du pouvoir des mots…
Ce tantôt, je l’ai rencontrée par hasard, nous avons bavardé comme deux vieux copains perdus de vue, nos sens en alerte, nos yeux captant tous les signaux électrisées par le ballet des phéromones. 
Cette rencontre a enjolivé mon week-end. La prochaine fois, c’est acté, on se prend un café.

Elle a vraiment beaucoup de classe, ma super copine du marché.


23 commentaires:

  1. Si tu avais ajouté (......très belle) "aujourd'hui" la réponse eut été peut être différente. Tu me donnes l'impression d'avoir des étoiles de jeunesse plein les yeux, et comme l'écrit Maïti Goldman dans son dernier livre autobiographique "L'amour à point d'âge" de te sentir vivant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, un mot de plus et le sens de la phrase change, et par conséquent la réponse aussi. Les étoiles de jeunesse plein les yeux peuvent brouiller la vue, parfois... Mais je suis un grand gamin ;)
      L'amour n'a point d'âge ; il est toujours naissant... BP

      Supprimer
  2. Regrettait-t'elle d'être mariée ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui peut savoir ? Certainement pas moi ! L'utilisation de cette phrase toute faite est le plus sûr moyen d'éloigner les "importuns"; Je ne l'ai pas ressenti comme cela.

      Supprimer
  3. Bonjour Xoulec,
    elle est jolie ton histoire, et tellement joliment racontée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hein, tu trouves ! Merci Ambre, je ne sais plus combien de fois je l'ai écrite et réécrite.
      Je ne suis pas trop mécontent du résultat.

      Supprimer
  4. Ta super copine du super marché nous vaut de lire un super texte et c'est super !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Que de super ! le plein, s'il vous plaît... Pour le plaisir des sens ,)

      Supprimer
  5. Ah oui...elle n'avait donc pas d'alliance à son petit annulaire...ce symbole d'appartenance qui empêche la spontanéité des petites phrases compliments sans conséquence...Ceux qui font plaisir, ceux qui ensoleillent une journée...Quoiqu'un café, c'est déjà une deuxième étape...Et ensuite ? Un repas ? Et puis ?
    Un petit rendez-vous dans un bel hôtel ? Et puis une romance, une belle histoire que l'on range dans un joli coffret que l'on ressortira à nos vieux jours... On devient vite des Perrettes au pot au lait quand on a l'âme romantique...
    En attendant, tu nous donnes une belle illustration de cette chanson d'Arthur H, et c'est déjà ça de pris. Un délicieux moment à t'imaginer à la caisse, avec ton petit caddie et tes étoiles plein les yeux...
    •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue qu'avant de parler à une femme, je ne regarde jamais ce qu'elle porte au doigt... !
      Un café, ou autre chose, n'engage à rien, en tout bien tout honneur... Mais comme tu y vas !
      Ah l'âme romantique, full sentimentale ♫♫♫
      Les idées vagabondent...

      Supprimer
  6. Un petit moment de bonheur. Il ne faut JAMAIS les bouder. Et tant pis, si on passe parfois pour allumeurs. Allumer un feu chez qqn, n'est-ce pas réchauffer son quotidien peut-être un peu terne? Merci pour cette romance qui débute. Bises alpines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allumer un feu chez quelqu'un, quel étrange pouvoir ? Il est vrai que parfois je sais me rendre charmeur, de feu ;)
      Bises du massif central

      Supprimer
  7. Toute mignonne ta petite histoire.
    Ça donne envie de vite lire la suite ! Vivement que vous alliez le prendre, ce café ! ;)
    Et je ne connaissais pas "Ce tantôt".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Sophie,
      "ce tantôt", moi si, ma mère utilisait cette expression :-)

      Supprimer

    2. Je ne sais même pas s'il y aura une suite à écrire ?
      Ce café reste très improbable... De plus, une sorte de compte à rebours infernal est déjà très avancée... Et l'issue est certaine.

      "Ce tantôt", j'ai ramené cette expression du sud de la France, lorsque j'y travaillais. Un vieux monsieur l'utilisait régulièrement, et moi, je trouvais cette expression, belle.

      Supprimer
  8. J'aime beaucoup ton petit texte aux senteurs de phéromones !
    Comme disait l'autre : il y a une ouverture ! Tout est dans le MAIS de la réponse… par exemple elle n'a pas dit « merci, mon mari me dit tous les jours »… là eut été le vrai râteau !
    Tu as raison : le pouvoir des mots !
    Tu nous diras si le café était bon !
    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jean claude Dusse, sort de ce corps ! :)
      Tu as raison, tout est dans le MAIS...
      Du coup, je ne me souviens plus si elle l'a réellement prononcé... ?
      Mais cela ne change rien...

      Supprimer
  9. J'adore cette histoire de spontanéité. La belle a évidemment été troublée, agréablement puisque pour s'en punir elle a brandi le mari comme étendard de vertu. A suivre... Elle est, en tout cas, belle!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La liste du nombre de fois qu'elle a dû utiliser cette phrase pour repousser d'éventuels dragueurs doit être longue comme le bras. Mais il y a la façon de dire les choses... Et elle a été réceptive.
      À suivre, donc ...

      Supprimer
  10. Tes mots lui ont fait plaisir, tu as été content de lui faire plaisir, c'est déjà beaucoup. Quant à la suite, elle s'écrira toute seule, pourquoi anticiper ? Vivre le moment présent, c'est déjà bien. :-)
    Belle après-midi à toi, Xoulec. Bises de ma campagne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Françoise, tu as raison, la suite s'écrira toute seule...
      Je ne suis pas un gars pressé ; avant cette rencontre, il s'est passé plus de six mois sans que je ne la vois.
      C'est dire ! :)
      Bises de ma campagne, en ville

      Supprimer
  11. Ce café, est-il bu, ou conservé comme un trésor potentiel ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est encore suspendu aux fils du hasard, tissés d'incertitude d'une hypothétique rencontre.
      Bref, un trésor potentiel... ;)

      Supprimer