suivez moi

présentation

dimanche 5 janvier 2020

Anti-pluie...





Parce que toute la pluie ne tombe pas toujours sur moi. 
Parce que je ne suis pas toujours un ravi de la crèche. 
Parce que je ne suis pas toujours un homme gentil. 
Parce que j'atteins l'âge de ne pas me laisser embeziner. 
Parce que j'écris ce que je veux. 
Parce qu'une réponse à Pastelle m'a remis en mémoire cette bluette...exact contraire du billet "pluie".








Aucune pluie ne tombait sur moi, le ciel avait la légèreté de l'été naissant. L'énergie euphorisante d'assister au spectacle de fin d'année, me donnait des ailes. Par expérience, je savais qu'il était plus judicieux de s'y rendre à pied et l'idée de tourner sans fin à la recherche du temps perdu, en l'occurrence, une place de stationnement, ne m'enchantait pas. 
Trois cent mètres à pied, lorsqu’on est en bonne santé, ne sont rien. 
J'étais concentré sur ma foulée, rapide et cadencée et rien ni personne ne m'aurait arrêté. Soudain, une voix féminine m'interpella : 
- « Monsieur, monsieur, je dois me rendre à l'école de T...... Pour le spectacle, pouvez-vous m'indiquer le chemin, s'il vous plaît ? » 
Je vis là une possibilité de covoiturage, une aubaine, dans mon cas. 
- « Je m'y rends de ce pas, si vous voulez, je vous guide, vous m'emmenez ? »  
La proposition me paraissait équitable et honnête. J'étais sûr, ou presque, d'arriver en avance. Erreur gravissime ! 
D'habitude, j'inspire plutôt confiance, et je venais de vendre la peau de l’ours, un peu trop précipitamment… 
Sa réponse me laissa comme deux ronds de flanc. En me regardant droit dans les yeux : 
-« je ne vois pas pourquoi je vous emmènerai, je n'en ai aucune envie ». 
Mon côté ours sauvage ne fit qu’un tour et lui décocha un coup de griffe qui l'expédia, elle et ses faveurs, son argent du beurre et son bas-beurre à son point de départ...
Non mais, j’ai des principes, et j'ai continué mon chemin de petit bonhomme.

Les épines de roses font toujours cet effet-là, quand on s'y fait envoyer paître...



26 commentaires:

  1. Réponses
    1. une fois le moment de stupéfaction passé... !
      j'ai ri aussi, chez toi :)

      Supprimer
  2. Parfaite illustration de ce qu'est un prêté rendu! Juste retour de rebuffade et joli jonglage de mots!
    Bises de temps froid sur la mer

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est exactement cela ! un prêté pour un rendu...
      bises de temps doux sur les montagnes

      Supprimer
  3. Et paf!!!! Le gros nounours pas content. Mais il va écouter un peu de Henri Des et tout ira mieux. Bises maritimes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Maritimes"? T'as collé ta montagne au bord de la mer?

      Supprimer
    2. @ Dédé
      Le mécontentement n'a pas duré et la fête de l'école a fait tout oublier.

      @ La Baladine
      les Alpes sont aussi maritimes (et Gilbert Carpentier) :)

      Bises du massif-central

      Supprimer
    3. J'ai de la chance d'être en vacances...😊

      Supprimer
  4. Et voilà !
    C'est bien ça les femmes !
    ;-)
    (Mouarf ! Féministes de tous poils vous pouvez m'assassiner… je ne tiens plus à la vie je cherche un fossoyeur qu'aurait une tombe à vendre à n'importe quel prix…)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Monsieur, apprenez que les féministes n'ont pas plus de poil que les autres, et qu'elles n'ont jamais assassiné un homme juste parce qu'il était un homme. Et puis de toute façon, s'il ne tient plus à la vie, on le laisse mariner dans son jus, c'est la moindre des choses Gnac gnac gnac :-P

      Supprimer
    2. faut pas généraliser ! Je dois dire que je ne m'attendais pas à me faire cueillir de la sorte.
      Féministes, même de mauvais poil, unissez-vous ! ;)

      Supprimer
  5. Elle l'a bien mérité, j'espère que quelques dents seront tombées sur l'asphalte (les siennes bien entendu) et qu'ainsi il ne lui est plus resté qu'à geindre "Mais ve voulais vuste aller au fpectacle..."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me fais rire :)
      Je ne suis pas un violent et mon coup de griffe n'était que verbal.
      Juste un "Je ne vois pas pourquoi je vous renseignerai, je n'en ai pas envie, débrouillez-vous".

      Supprimer
  6. Au moins la réponse à le mérite d'être franche et pour le moins directe. Cela dit, un peu plus de formes dans le langage eut été bienvenue. Tu t'es donc reconverti en GPS !!
    Embeziner : le lexique Bourbonnais vient de me donner gentiment la définition

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux lui ôter sa franchise, les choses ont eu le mérite d'être très claires. Après coup, j'ai pu comprendre la "peur" qu'en tant qu'homme, j'ai pu inspirer...

      Supprimer
  7. Et toc ! non mais ! Cela me rappelle une petite anecdote toute récente qui m'est arrivée : un monsieur qui cherchait un service m'aborda gentiment. Comme je pouvais le lui rendre, je le fis. J'appris qu'il avait déjà tenté sa chance mais s'était fait renvoyer paitre. Quelques jours plus tard, en lisant le journal, je découvrais qu'on l'avait pris pour un malfaiteur et que donc on incitait les "gens" à se méfier de tels individus. Moi pas méfiante, je n'avais vu aucun mal là où il n'y en avait pas.
    Je trouve qu'à force de voir le mal partout on tue tout les rapports entre les individus. Pas étonnant que le monde aille si bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle a sûrement vu le mal, dans ma proposition de guidage/voiturage. Moi, je n'ai rien vu, venir...

      Supprimer
  8. L'ours, il était pas content content de se faire rembarrer (rire).
    Belle fin de journée, Xoulec. Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'ours que j'étais, fut surtout surpris et au final, pas très content de perdre du temps.
      bises puydômoises

      Supprimer
  9. y'a des ours où Cupidon s'en fout...https://www.youtube.com/watch?v=NWj3sg0pa_Ij

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela devait être un de ces jours-là, où cupidon avait d'autre chat à fouetter...
      merci pour la chanson ;)

      Supprimer
  10. C'est violent comme réponse. Le trajet n'aurait sans doute pas été agréable avec cette personne, tu n'as rien perdu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que je me suis dit, j’espérai qu'elle ne change pas d'avis... Elle m'était devenu antipathique.

      Supprimer
  11. Bonsoir Xoulec.
    Du coup, vous êtes vous revus à la fête ? :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Julie,
      Très furtivement, nos regards se sont croisés, nous nous sommes bien reconnus... et nous nous sommes ignorés.

      Supprimer