suivez moi

présentation

mercredi 27 mars 2019

tagada tagada



 Voilà les Allemands...




C’est par une belle fin d’après-midi ensoleillée qu’ils débarquèrent. Non pas dans une grosse berline, mais dans un véhicule blindé. Une sorte de « Volkswagen » bien française,  blindé à craquer est le mot juste. Tant elle semblait vouloir se disloquer à chaque tour de roues. L’auto n’était pas au mieux de sa forme, des bruits bizarres émanaient du train avant. Des sons pas tubulaires, mais presque… Des clips ! Claps ! Des bangs, des vlops et zip shebaw, pow, block, wizzzzzzzzzz…
Une sorte de comique trip… Je plaisante ! 
Heureusement qu’ils maîtrisaient  mieux notre Français que nous l’Allemand, sans quoi, nous n’aurions pu communiquer. Ces jeunes voyageurs, affublés de deux chiens bergers de même nationalité, étaient à la recherche d’un abri pour deux ou trois nuitées. Le temps nécessaire pour réparer leur vieille Renault quatre « L ». Au vu des endroits proposés qu’ils nous détaillaient et qu’ils avaient déclinés, nous comprimes qu’il y avait encore quelques relents d’hostilité envers la gent teutonne. Les anciens surtout, mais aussi des plus jeunes. Ils étaient Allemands, étrangers et personne ne voulait d’eux… Avec le recul, je peux dire, que dans mon village, il n’y avait que deux « maisons » capable d’offrir l’hospitalité ; chez une dame que nous appelions « la Parisienne » et qui l’était et chez nous.
Quarante ans plus tard, les choses n’ont pas tellement changé… Ils s’installèrent dans notre hangar, vide aux mois d’août. Ils ne plantèrent même pas leur tente, un matelas confectionné avec les bottes de paille à disposition fit un excellent tapis de sol. Leur tranquillité assurée par les deux sosies de Rintintin en robe de lassie… Deux magnifiques chiens pour garder leur campement. Il faut dire que les villages d’apparence tranquille ne le sont pas forcément…
Ils furent si bien, qu’ils restèrent une douzaine de jours. Une sorte de camping à la ferme, bien avant la mode. Il n’y avait qu’une chose qui nous étonnait : comment une si petite voiture pouvait contenir deux couples avec deux chiens et toutes les affaires ? Cette question est encore sans réponse aujourd’hui…




                                                              

20 commentaires:

  1. Ca me rappelle mes "jeunes années" où, sans qu'il soit question d'Allemands, on voyageait des kilomètres dans des tape-culs effondrés, parfois avec une ceinture faisant office de portière (juste pour ne pas tomber dehors...), et je me souviens d'une fois où on a roulé quatre heures, moi à l'arrière d'une 4L dont on avait enlevé les banquettes pour transporer des moutons. Mes amis étaient bergers à Carcassonne. On me surnommait cul-dur parce que je ne me plaignais jamais :D

    Quant aux Allemands, même époque, et j'ai vu pas mal d'horreur encore contre eux, une fille notamment qui s'est faite insulter par un type saoul qui lui criait Heil Hitler... en 1977!Ca, c'était à Aix en Provence...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut avoir connu les "tape-culs" pour apprécier le confort des voitures modernes...
      Quant à "nos Allemands", je crois qu'ils étaient étudiants en médecine (je n'en suis pas très sûr.). Les deux filles maîtrisaient très bien le Français et nous discutions un peu, quand ils venaient chercher quelques produits de la ferme.
      Quant aux C... ? malheureusement, il y en a partout et l'alcool ne fait pas ressortir le meilleur !

      Supprimer
  2. tagada voilà les teutons. Bien vu le billet

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un petit clin d’œil à Joe Dassin... :)
      Merci d'être passés !

      Supprimer
  3. Ah la la, l'étranger, l'inconnu, quelle source d'inquiétude et de peur ! C'est vrai que cela n'a pas beaucoup changé depuis quarante ans en certains lieux, mais heureusement qu'il y a des personnes et des maisons ouvertes d'esprit et accueillantes ! :-)
    Merci pour ce partage, Xoulec. Belle fin de semaine à toi, et beau week-end.
    Bises altiligériennes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que ce qui a changé,maintenant, c'est la nationalité de l'étranger...!
      Chez moi, dans le Cantal, nous, la maison par extension, avons toujours été "à part"... Il y a deux ans, deux randonneuses ont fait escale "chez moi". elles randonnaient et dormaient à la belle étoile. Quand elles ont demandé où est ce qu'il y avait une auberge, un lieu pour se pauser un peu, la personne qui les renseigna leur indiqua qu'il ne pouvait bien n'y avoir que chez Xoulec pour proposer cela...
      Ma sœur les accueillit (la maison était vide de "visiteurs"),leur offrit le gîte et le couvert, le "luxe" de se laver, avec en prime un jacuzzi. Elles repartirent ravies.
      Merci Françoise, beau week-end à toi
      Bises d'un Cantalou puydômois :)

      Supprimer
  4. Pour compléter le tableau la puydomoise ouverte d'esprit aussi, ajoute son grain de sel, pardi. Chez nous, c'était pareil. Après on se demande comment ça se fait que la misère soit toute au même endroit !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne doute pas que tu sois ouverte d'esprit ! Il y a des gens bien partout et puis il y a des exceptions partout aussi... Parallèlement aux mauvaises langues, il y a les mauvaises oreilles, ceux qui recherchent ce qu'ils veulent entendre, pour se conforter dans leur façon de penser.
      Merci de venir compléter le tableau ;) La misère est parfois dans la tête... La question qui m'interpelle, comment se fait-il que des personnes ont l'esprit ouvert, et d'autres non ? L'éducation, mais pas que... ?

      Supprimer
  5. « Étranges étrangers… »
    Déjà « entre soi » c'est pas facile… alors les étrangers…
    Quant à la « construction européenne »… c'est pas encore gagné !

    Et je ne quitterai pas sans avoir souligné ta magnifique interprétation si convaincante :
    «Des clips ! Claps ! Des bangs, des vlops et zip shebaw, pow, block, wizzzzzzzzzz… »
    C'est exactement ça ! Chapeau l'artiste !
    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci...!
      Il y a un petit avantage, avec les "étrangers" ! Ils n'ont que faire des "convenances" et du quand dira t-on... Ceux-là, ressentaient parfaitement l'hostilité à leur encontre et la comprenaient... (Cela n'excuse rien...) Il me semble bien que, malgré mon jeune âge, nous en avions brièvement parlé. Quant à ma "magnifique interprétation si convaincante", je voulais dire "j’exagère" à la place de "je plaisante". Mais il est trop tard pour changer. Nous nous demandions bien comment ils avaient fait pour arriver de si loin ?
      La construction européenne, elle est EN MARCHE!!! Je plaisante... (là) . :)

      Supprimer
  6. Un petit parfum nostalgique dans ce billet...
    Cela m'a rappelé que nous vivions d'une manière très insouciante à une époque. pas d'internet, de GPS, de téléphone portable, pas de booking point com, d'airbnb, de blablacar.
    On partait avec un sac à dos, Pouce en l'air avec des guitares, nos parents ne savaient pas où on était pendant un mois, on leur envoyait une carte postale de temps en temps...
    Quand je raconte ça à mes nièces de 20 ans elles sont sciées.
    Ça nous a rendus inoxydables, je crois...
    Bisous cher Didier
    •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne me souviens pas avoir envoyé une seule carte postale ! Le pouce en l'air ne servait pas encore à "liker"... ;)
      L'inox nous va plutôt bien, je trouve ! :)
      Bises inoxydables

      Supprimer
  7. Tu es tombé dans un pot d'Heure d'été ? ;-)
    •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un pot d'heure d'été... Qu'est-ce-donc ?

      Supprimer
    2. Une potion euphorisante qui empêche de répondre aux commentaires...
      Je disais ça parce que mon premier com était resté sans réponse... ;-)
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    3. je suis parti aux aurores, justement pour faire le plein de cette fameuse potion... J'ai passé un excellent dimanche à la campagne...;)

      Supprimer
  8. Tu racontes bien.
    C'est drôle, car je lis justement en ce moment une histoire où il est question de ces Allemands..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci !
      C'est drôle, justement, les coïncidences...!

      Supprimer
  9. Ma mère, qui a 90 ans n'aime toujours pas les Allemands. On a beau lui expliquer que ceux d'aujourd'hui n'ont rien à voir avec ceux qui ont fait la guerre des nazis... et que même en 1940 il y avait des Allemands contre la guerre....
    Moi ce qui m'attriste c'est que la ville où je suis allée à 20 ans en RDA
    est aujourd'hui un repaire d'extrémistes de droite. La montée de
    l'extrême-droite en Europe est une réalité et des manifs anti-fascistes
    monstres ont lieu en Allemagne. OUF !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ceux-là, étaient les premiers que mes parents voyaient depuis la fin de la guerre... Mon père était un peu "réticent", ma mère lui disait exactement la même chose... Moi aussi, je suis attristé par cette montée du fascisme, partout. À croire que l'être humain est aussi c.. que Marcel ;)

      Supprimer